Conférence de Johanne Lamoureux du 27 septembre 2013

Voici l’enregistrement, réalisé à la MSH par Cannalingam Birabakaran et découpé par Bertrand Turquety, de la conférence du 27 septembre de Johanne Lamoureux, professeure à l’université de Montréal. Elle est précédée, en première partie, de la présentation du séminaire par Anne Larue, Charlotte Foucher Zarmanian et Magali Nachtergael, Julie Verlaine, en congé de maternité, n’ayant pu être présente.

Première partie : présentation du séminaire et de ses enjeux

1. Présentation Anne Larue

2. Suite Anne Larue prez

3. Actualité. Ch. Foucher

4. Présentation de Magali Nachtergael

5. Discussion préalable 1

6. Discussion préalable 2

7. Discussion préalable 3

Charlotte Foucher Zarmanian présente ensuite Johanne Lamoureux qui prend la parole. Elle parle des difficultés qu’on rencontrées les féministes à faire entrer les femmes dans les « surveys », ces manuels pour étudiants qui ont longtemps servi de base aux cours d’histoire de l’art, fortement intégrés aux cursus universitaires dans les pays anglo-saxons. Elle évoque le début du Sourire de Mona Lisa, quand les étudiantes connaissent par coeur le survey book et qu’il faut donc passer à autre chose. A travers le boycott de Janson, l’histoire des éditions des survey books et leur réception, c’est l’histoire d’une bataille féministe efficace qui est ici retracée.Dans la seconde partie de sa conférence, Johanne Lamoureux retrace, à travers un certain nombre de tableaux, une histoire de la peinture féminine. Je vais rechercher les tableaux et en placer ici des images, afin de faciliter l’écoute.

untitled

La conférence dure au total environ une heure trente. Elle est divisée ici en 11 morceaux courts : cliquez pour écouter.

 

PS. Merci à Charlotte Foucher Zarmanian pour sa relecture et ses ajouts !

1.  Janson et les féministes

2. Boycott de manuels

3. UNE histoire des arts

4. Agency. Judy Chicago

5. La sexualité du Christ

6. Manuels féminins patriarcaux

7. La septième édition de Janson

8. Le lien homosocial entre les femmes

9. Maternité..

10. Une coupe au couteau de cuisine

11. Le couplage des contemporaines

 

Quelques documents que je vais compléter plus tard : Johanne Lamoureux parle de ces tableaux, qui ont été « repêchés », en quelque sorte, dans la 7e édition, faite « à parité » du point de vue des collaboratrices/teurs, de l’histoire de l’art de la « marque » Janson.

 

Lavinia Fontana, 1580, Portrait d’une dame. Le petit chien est un chiot phalène. Son rôle est probablement symbolique (lien matrimonial ?) mais il est très précisément reproduit : son poil de bébé a été remplacé par une fourrure encore maigre. Son stop (rapport nez/front) très marqué. L’animal pourrait avoir entre 4 et 6 mois. On peut noter le contraste entre la robe de cour de la dame, véritable carcan, et la liberté de mouvement tout entière concentrée dans le mouvement du jeune chien.

 

5 Lavinia Fontana (1552-1614)  Portrait of a Noblewoman 525px-Self-portrait_by_Judith_Leyster

Judith Leyster, vers 1630, autoportrait.

 

Capture d’écran 2013-09-29 à 15.14.12

Les trésors en question sont les Gracques : trésors de la maternité. Angelica Kauffmann était « peintre d’histoire » et était une des rares femmes à avoir eu l’autorisation de passer par une académie de peinture.

 

hoch1 - knife

 

Hanna Höch, Cut with the Kitchen Knife, 1919. On trouvera sur le carnet de recherche alka.hypoytheses.org toute une documentation sur « femmes et cuisine » en rapport avec l’art.

Self-portrait_as_the_Allegory_of_Painting_by_Artemisia_Gentileschi v. 1638-1639
Self-portrait_as_the_Allegory_of_Painting_by_Artemisia_Gentileschi v. 1638-1639
Paula Becker, autoportrait au collier, 1906.
Paula Becker, autoportrait au collier, 1906.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *