18 octobre 2013 – Genre, trans, performance : Rachele Borgi, Marie-Hélène Bourcier, Cristina Castellano

Séance du 18 octobre.

1. Présentation des oratrices

Anne Larue évoque les travaux des trois oratrices. Marie-Hélène Bourcier fait le point sur la notion d’intersectionalité annoncée un peu imprudemment dans le titre par les organisatrices, et présente les axes d’un discours construit comme collectif autour des questions de canon, de musée, de performance.

2. Cristina Castellano

Cristina Castellano évoque le « canon », les visites guidées, la dimension scolaire de l’apprentissage de l’histoire de l’art, la notion de mainstream. Elle évoque notamment l’appropriation par le peuple de la culture lors de la Révolution française, la diffusion de cette idée et son évolution paradoxale comme canon (institutions muséales). Elle rappelle comment, aux USA, une interrogation dans les années 80 a changé cette donne, ouvrant la perspective d’un avenir pluriel face à une histoire de l’art auparavant imposée comme unique. L’exposition temporaire serait-elle est en elle-même une performance, une opération coup de poing, un média capable de faire bouger des catégories, comme celle de genre ? Il semble qu’après l’exposition, le discours dominant revienne et que les canons se trouvent réimposés, niant l’historicité que l’exposition aura essayé d’instaurer. Finalement, l’avenir est-il plutôt aux musées du sexe, comme le musée de l’érotisme pour prendre un exemple parisien ?

3. Marie-Hélène Bourcier

motha motha 2 motha3

Marie-Hélène Bourcier évoque le MOTHA, à San Francisco : musée d’histoire culturelle des trans, qui a ouvert en mai 2013 sous l’impulsion de Chris Vargas, artiste  trans américain. Musée d’un format très état-unien, créé avec peu de moyens, présenté sous forme de vitrine comme un magasin, le musée a pour but de contrer les habitudes de représentation et de lutter contre l’invisibilisation. La démarche d’historicisation est première dans sa création. Les archives sont primordiales et elles ne ne limitent pas aux sources livresques ou aux arts :  elles comportent aussi beaucoup d’objets. Marie-Hélène expose le fonctionnement d’un musée communautaire dont la vocation, clairement politique, allie la conservation des archives à la volonté d’instaurer la vie de la communauté dans l’espace public.

4. Rachele Borgi

Dans un contexte militant, l’art peut être utilisé comme un moyen politique : dans un tel contexte, la performance est un médium dominant. Rachel Borgi expose à cet égard les visées du post porn, et présente des exemples.

http://www.rosariogallardo.com

Video « Fakin iurop » par le collectif Armsidea https://www.dailymotion.com/video/xxpl7m_fakin-iurop_webcam.La vidéo est censurée par Daily Motion, le lien ne peut y conduire.

5 Have You Ever Seen A Transsexual Before ?

Marie-Hélène Bourcier présente l’esprit des performances queer et introduit la performance, sous forme de vidéo, de Chris Vargas :

 http://vimeo.com/10518784

Elle évoque en commentaire la promenade symbolique dans des lieux mythiques de l’Ouest américain, l’importance de la plage comme lieu d’exhibition du corps, les références féministes, et le clin d’oeil final (l’oiseau, merveille de la Nature, est lui aussi un transsexuel F to M ayant subi une opération).

Voici la captation sonore de la performance. Les commentaires de Marie-Hélène + la suite de son discours sur les performances prennent place à 3 minute 56 du début :

Captation sonore de la performance de C. Vargas + commentaires de Marie-Hélène Bourcier

J’ajouterais que la vidéo n’est pas dénuée d’ironie en ce qui concerne les clichés de genre : reprise du thème de Blanche-Neige avec les petits oiseaux venant se poser sur la main de Chris Vargas (cliché Disney), ou de la pose classique de la star féminine de cinéma, nue dans sa serviette de toilette entourée autour du corps, tandis que les cheveux sont artistiquement dissimulés sous le drapé d’une autre serviette, tout aussi blanche. Chris Vargas use aussi d’un fréquent contraposto à l’italienne, repris ici sous la forme d’un frétillement équivoque. L’enchantement excessif de Chris devant la Nature (relookée pop non sans décontraction) va dans le même sens d’une ironie assumée. L’emphase répétée et de plus en plus amplifiée sur le mot « ssexual » renvoie également à une assignation sociale souvent refusée (trans »sexuel » étant un mot impropre), ce qui conduit le performer à soupirer et à tomber sur son lit après sa rencontre avec Las Vegas via une grande baie vitrée.

6. Un homme enceint

Le commentaire de Marie-Hélène Bourcier reprend après 1 mn 18 (captation sonore du début du document vidéo) sur la performance médiatique du premier homme enceint. Rachele Borgi reprend la parole à 3mn du début. Passer directement à 4 mn 10 car mise au point pendant quelques secondes de la projection. A la fin de l’extrait, elle présente le collectif lillois Urban Porn.

http://yagg.com/2010/03/04/le-collectif-urbanporn-revendique-laction-sur-la-statue-de-jeanne-darc-a-lille/

7. R. Borgi

Rachele Borgi reprend la parole sur le post porn après une minute de captation sonore d’une vidéo.

8. Zarha Bonheur

9. Discussion, début

10. Discussion, suite

11. Discussion, suite2

12. Discussion, fin

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *