29 novembre 2013 – Le féminin s’expose ! Elisabeth Caillet et Chéryl Gréciet

Chéryl Gréciet, du FRAC Lorraine, et Elisabeth Caillet, expert en médiation culturelle et longtemps attachée au Musée de l’Homme, exposent leurs ruses et habiletés pour exposer le féminin malgré l’ambiance patriarcale environnante. C’est tout un art !

Naissances-visuel-2006

Suite à un problème technique il manque le début et la présentation d’Elisabeth Caillet. A venir !

2. Un objet qui change de place peut devenir une oeuvre d’art Elisabeth Caillet présente les enjeux de l’exposition Naissances au Musée de l’Homme.

3. Des bienfaits d’Internet ou comment l’exposition devient virtuelle pour le plus grand nombre.

4. Féministe sans y toucher

5. Humain, pas homme ! problème de la dénomination du Musée.

6. Discussion

Bad_Girls_-_FRAC_Lorraine

7. Présentation par A. Larue de Ch. Gréciet et début de la prise de parole de Chéryl Gréciet sur l’oeuvre et l’action du FRAC Lorraine, seul FRAC féministe de France, dirigé par Béatrice Josse.

8. Suite Ch. Gréciet

9. Ch. Gréciet, exposition bad Girls

10. L’engagement du FRAC Lorraine, suite

11. Exposition bad Girls, suite

12. la politique de Béatrice Josse

13. Travailler avec les associations

14. Science-fiction et féminisme

15. Drag kings

16. Fin de la discussion

 

 

25 octobre 2013 – Théories féministes sur l’art : Séverine Sofio et Fabienne Dumont

rebellion_F

 

1. Présentation de Séverine Sofio par A. Larue

… et début de la prise de parole Séverine Sofio : autour de  la question des femmes dans l’art. Quelles formes de discours sont mises en jeu ? Notion de consensus culturel, de mémoire collective. Les archives sont-elles  prendre avec des pincettes ?  Deux niveaux de questionnement sont en jeu. Y a-t-il (y a-t-il eu) des femmes qui ont été artistes ? Si on répond « non », pourquoi ? Si on répond « oui » : existence des femmes artistes ? existence des femmes artistes reconnues ? Y en a-t-il de  dignes de s’intégrer dans le canon de l’histoire de l’art ? Si oui, lesquelles ? Si non, Pourquoi ?

2. Séverine Sofio : des réponses à ces questions

De Beauvoir (conférence de 1966) à Nochlin (1971). Les femmes ont créé en dehors des structures masculines dominantes et reconnues. Dialectique de la réhabilitation différentielle. Affirmation de la création des femmes à travers le catalogue de l’exposition de 1976, Quatre siècles de création des femmes, traduit aux éditions des Femmes au début des années 80.

3.Un corpus induré

Séverine Sofio évoque le sillage de l’exposition de 76, qui perpétue un corpus, des erreurs factuelles, un tout fini et jamais remis en cause d’artistes femmes. Seul Old Mistresses, à l’époque, sort du lot des lires qui citent et répètent le canon paradoxal établi par l’exposition de 1976.

4.Méthode

Séverine Sofio évoque sa méthode et ses outils de travail.

Elle cite Kurt et Gladys Lang, Etched in Memory: The Building and Survival of Aesthetic Reputation (Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1990), et l’Histoire structurale de Bourdieu.

5.Fin du discours de S. Sofio 

Pour finir, S. Sofio évoque la lecture complexe d’une lettre de Forbin et insiste sur le contexte de lecture des archives.

6. Discussion

7. Fin de la discussion

8.Présentation de Fabienne Dumont par Charlotte Foucher Zarmanian

… et début du discours de Fabienne Dumont, qui évoque sa pratique et son expérience de chercheure et professeure liée à l’art contemporain. Du féminisme au queer, comment renouveler les perspectives quand on regarde les objets qui font partie de l’espace artistique ?

9.Fabienne Dumont. Art, recherche et enseignement féministes

10.Fabienne Dumont, anthologie féministe

Enjeu d’une anthologie théorique : faire connaître les théories anglo-saxonnes, asseoir la légitimité de l’approche féministe. Difficultés pour obtenir un poste en « genre » à l’université : les postes sont toujours détournés. Nécessité de diffuser et de faire connaître les artistes malgré les obstacles. Travail au long court de légitimation.

11.Passations historiques et extrême contemporain

Exemples concrets de méthode de diffusion auprès d’un large public.

12.Discussion

13.Traitement patriarcal des animaux

18 octobre 2013 – Genre, trans, performance : Rachele Borgi, Marie-Hélène Bourcier, Cristina Castellano

Séance du 18 octobre.

1. Présentation des oratrices

Anne Larue évoque les travaux des trois oratrices. Marie-Hélène Bourcier fait le point sur la notion d’intersectionalité annoncée un peu imprudemment dans le titre par les organisatrices, et présente les axes d’un discours construit comme collectif autour des questions de canon, de musée, de performance.

2. Cristina Castellano

Cristina Castellano évoque le « canon », les visites guidées, la dimension scolaire de l’apprentissage de l’histoire de l’art, la notion de mainstream. Elle évoque notamment l’appropriation par le peuple de la culture lors de la Révolution française, la diffusion de cette idée et son évolution paradoxale comme canon (institutions muséales). Elle rappelle comment, aux USA, une interrogation dans les années 80 a changé cette donne, ouvrant la perspective d’un avenir pluriel face à une histoire de l’art auparavant imposée comme unique. L’exposition temporaire serait-elle est en elle-même une performance, une opération coup de poing, un média capable de faire bouger des catégories, comme celle de genre ? Il semble qu’après l’exposition, le discours dominant revienne et que les canons se trouvent réimposés, niant l’historicité que l’exposition aura essayé d’instaurer. Finalement, l’avenir est-il plutôt aux musées du sexe, comme le musée de l’érotisme pour prendre un exemple parisien ?

3. Marie-Hélène Bourcier

motha motha 2 motha3

Marie-Hélène Bourcier évoque le MOTHA, à San Francisco : musée d’histoire culturelle des trans, qui a ouvert en mai 2013 sous l’impulsion de Chris Vargas, artiste  trans américain. Musée d’un format très état-unien, créé avec peu de moyens, présenté sous forme de vitrine comme un magasin, le musée a pour but de contrer les habitudes de représentation et de lutter contre l’invisibilisation. La démarche d’historicisation est première dans sa création. Les archives sont primordiales et elles ne ne limitent pas aux sources livresques ou aux arts :  elles comportent aussi beaucoup d’objets. Marie-Hélène expose le fonctionnement d’un musée communautaire dont la vocation, clairement politique, allie la conservation des archives à la volonté d’instaurer la vie de la communauté dans l’espace public.

4. Rachele Borgi

Dans un contexte militant, l’art peut être utilisé comme un moyen politique : dans un tel contexte, la performance est un médium dominant. Rachel Borgi expose à cet égard les visées du post porn, et présente des exemples.

http://www.rosariogallardo.com

Video « Fakin iurop » par le collectif Armsidea https://www.dailymotion.com/video/xxpl7m_fakin-iurop_webcam.La vidéo est censurée par Daily Motion, le lien ne peut y conduire.

5 Have You Ever Seen A Transsexual Before ?

Marie-Hélène Bourcier présente l’esprit des performances queer et introduit la performance, sous forme de vidéo, de Chris Vargas :

 http://vimeo.com/10518784

Elle évoque en commentaire la promenade symbolique dans des lieux mythiques de l’Ouest américain, l’importance de la plage comme lieu d’exhibition du corps, les références féministes, et le clin d’oeil final (l’oiseau, merveille de la Nature, est lui aussi un transsexuel F to M ayant subi une opération).

Voici la captation sonore de la performance. Les commentaires de Marie-Hélène + la suite de son discours sur les performances prennent place à 3 minute 56 du début :

Captation sonore de la performance de C. Vargas + commentaires de Marie-Hélène Bourcier

J’ajouterais que la vidéo n’est pas dénuée d’ironie en ce qui concerne les clichés de genre : reprise du thème de Blanche-Neige avec les petits oiseaux venant se poser sur la main de Chris Vargas (cliché Disney), ou de la pose classique de la star féminine de cinéma, nue dans sa serviette de toilette entourée autour du corps, tandis que les cheveux sont artistiquement dissimulés sous le drapé d’une autre serviette, tout aussi blanche. Chris Vargas use aussi d’un fréquent contraposto à l’italienne, repris ici sous la forme d’un frétillement équivoque. L’enchantement excessif de Chris devant la Nature (relookée pop non sans décontraction) va dans le même sens d’une ironie assumée. L’emphase répétée et de plus en plus amplifiée sur le mot « ssexual » renvoie également à une assignation sociale souvent refusée (trans »sexuel » étant un mot impropre), ce qui conduit le performer à soupirer et à tomber sur son lit après sa rencontre avec Las Vegas via une grande baie vitrée.

6. Un homme enceint

Le commentaire de Marie-Hélène Bourcier reprend après 1 mn 18 (captation sonore du début du document vidéo) sur la performance médiatique du premier homme enceint. Rachele Borgi reprend la parole à 3mn du début. Passer directement à 4 mn 10 car mise au point pendant quelques secondes de la projection. A la fin de l’extrait, elle présente le collectif lillois Urban Porn.

http://yagg.com/2010/03/04/le-collectif-urbanporn-revendique-laction-sur-la-statue-de-jeanne-darc-a-lille/

7. R. Borgi

Rachele Borgi reprend la parole sur le post porn après une minute de captation sonore d’une vidéo.

8. Zarha Bonheur

9. Discussion, début

10. Discussion, suite

11. Discussion, suite2

12. Discussion, fin

 

11 octobre 2013 – Genre et théories postcoloniales : Elvan Zabunyan / Le peuple qui manque

Adrian Piper, Self Portrait Exaggerating my Negroid Features, 1981.
Adrian Piper, Self Portrait Exaggerating my Negroid Features, 1981.

Les deux commissaires du « peuple qui manque » n’ayant pas accepté que leur intervention soit diffusée, voici celle d’Elvan Zabunyan toute seule, en ce doux vendredi 11 octobre.

1. Présentation de E. Zabunyan par M. Nachtergael

2. David Hammons et Adrian Piper

3. Contreculture, philosophie, subaltern studies

4. Art de l’assemblage. La formation californienne de D. Hammons

5.Le travail conceptuel d’Adrian Piper

6. Invisibilité française de Monique Wittig

7. Suite du parcours d’expérience

8. Discussion. Dis papa, c’était quoi le patriarcat

 

David Hammons, Untitled, 1969, 92 x 63 cm, New York, Moma.
David Hammons, Untitled, 1969, 92 x 63 cm, New York, Moma.

 

 

6 octobre 2013 – Genre, performance et mythes artistiques : Anne Creissels / Janig Begoc

horn1

Rebecca Horn, Masque-crayons, 1972, performance.

La personne chargée d’enregistrer le séminaire n’ayant pas enregistré la seconde partie de la séance, nous ne pouvons proposer ici que la première conférence, celle d’Anne Creissels. Des notes de séance sont rajoutées afin de rendre compte malgré tout du travail de Janig Becog et de sa contribution.

Voici les podcasts de l’intervention d’Anne Creissels, qui portait sur le Masque-Crayon de Rebecca Horn (1972).

1. Intro M. Nachtergael, début A. Creissels

2. Anne Creissels bases méthodologiques

3. A. Creissels Universalisme et différentialisme

4. Danse : l’autre pour objet

5.Le masque de la création

6. Masque de R. Horn, suite

7. R. Horn, suite

8. allégorie de l’art+ début discussion

9. suite et fin de la discussion

 

Notes prises par Magali Nachtergael et Anne Larue pendant l’intervention de Janig Begoc

 

Janig Begoc

Entre déni, stratégie et mythe : la posture ambiguë de Gina Pane face à la pensée féministe

L’idéologie portée par les discours et les processus d’écriture varient selon les aires culturelles. On peut voir comment des faits vont être transformés en événements par des auteurs, hommes, femmes et autres : comment se construisent des généalogies et des catégories. Pour une histoire de l’art d’un nouveau genre, il s’agit de déconstruire l’histoire des représentations grâce à une anthropologie des images.

J. Begoc a passé une année à la Villa Médicis à Rome : elle y a rencontré l’art corporel et ses images dans une ville d’où surgissent une iconographie insistante des martyrs et où se manifeste la survivance de l’iconographie chrétienne.

Comment écrire une anthologie de la performance, art sans trace, sans documents, car traces et documents feraient perdre à la performance toute sa subversion ? On ne peut reconstituer le public, le moment où l’œuvre a lieu, où ce qui était pensé et conceptualisé se transforme en image. Performance : une œuvre qui a lieu.

Gina Pane, morte en 1990, lesbienne, femme, artiste de l’art corporel à l’heure où l’art corporel et les femmes sont exclues du mainstream de l’art. Elle cumule les raisons d’être exclue de l’histoire de l’art, et pourtant, non. Artiste connue, et aussi grâce à des femmes : Anne Tronche, qui a publié une monographie en 1990, Sophie Delpeux, Sophie Duplaix, Julia Hountou. Elle n’a pas besoin d’être replacée dans l’histoire de l’art, elle y est. Rencontre lea Virgine lors de l’Action sentimentale, en novembre 1973, dans une galerie de Milan. Comment se tissent des réseaux. Défend Lea Vergine, attaquée. Lea Vergine, Il corpo come linguaggio, 1974 : Gina s’investit dans la défense de son livre.

Gina Pane née à Biarritz mais d’origine italienne. Affinités.

Sororités et affinités électives (homosocialité féminine).

Alice Dallier : France 1970 : rôle pionner des études et des relations dans l’art féministe.

Elle relaie les travaux des plasticiennes.

Gina Pane relayée mais marquée cependant par une contradiction entre oeuvres et discours, particulièrement sur la question du féminisme, des artistes femmes, de tout ce qui est lié à sa vie et à ses rencontres. Face à la posture féministe, elle révèle diverses stratégies pour s’imposer. Elle a une conscience féminisme aiguë mais fait le choix stratégique de se placer sous la houlette de mythes masculins.

Un génie masculin / entrisme

 

  1. Un déni du féminisme ?
  2. Stratégie de l’artiste femme pour s’affirmer sur la scène art et entrer dans l’histoire
  3. Construction du mythe de l’artiste héroïque
  4. Modèle phallocentirque comme stratégie féministe ?

 

1/ performance-action

Mise en condition / contraction / rejet : mélange lait / sang

Action sentimentale : rencontre avec des femmes engagées.

Dallier-Popper, Aline. Art, féminisme, post-féminisme : un parcours de critique d’art, Paris : L’Harmattan, 2009, (Histoires et idées des arts)

Ses œuvres pour filles fédèrent les filles – œuvres pour la cause des femmes – selon un entretien avec Aline Dallier.

« Action Laure, la femme surréaliste », Obliques, n°14-15, 1977, p. 171.

Effie Stephano, « Performance of Concern », Art and artists, vol. 8, n°1, avril 1973, p. 21-26. La négresse flashée et sa rémanence article 1976-77 arTitudes International.

Gina Pane : Les femmes doivent faire leur autocritique.

Mais en fait pas de discussion sur le féminisme : occultation de la question dans son entretien avec Aline Dallier : absence de propos féministes, retrait des passages incriminés : tabou féministe ?

 

2/ Stratégies

 

Dimension « universelle » de son œuvre, c’est ça qu’elle veut.

Qualifie le féministe de mouvement « protectionniste »

Cherche les moyens pour faire sa place en ayant conscience d’un milieu misogyne.

Repli sur soi et « protectionnisme » du féminisme la rebutent : elle cherche un public plus large que son public féminin, presque acquis.  Histoire art corporel et homosexualité sont liés en France (Pluchart, Journiac, Pane).

Front commun de l’homosexualité

Elle prend très vite en main sa mise en histoire.

Protocoles de présentation

Directive avec sa photographe

Volonté de contrôle et de maîtrise.

Modèle universaliste qui fonde un nouveau mythe à travers une mythologie personnelle.

 

3/Exégète : universalisme de son propos et figure christique, démiurgique, chamanique de ses actions – elle s’attribue un pouvoir : « si j’ouvre mon corps, c’est pour l’amour de vous, l’Autre »

Psyché (essai), 1974 –

Anne Larue la compare à Renée Falconnetti, icône de Dreyer, inoubliable interprète de La passion de Jeanne d’Arc : esthétique du instruments du martyre, cheveux rasés, tête extrêmement expressive, un petit côté trans (ou en tout cas butch).

 Il faut délinéariser la trajectoire des artistes, dit Janig Begoc.  Dépasser les frontières entre les médiums : c’est toujours la même idée, envois postal, action, sculpture, land art… le point commun est l’intention de l’artiste.

Anne Larue y voit une obsession de son corps comme saignant et pénétrable, point commun de toutes les oeuvres : même dans une grande sculpture apparemment minimaliste de ses débuts : cette sculpture est pénétrable, affecte la forme d’un sexe féminin. Ajoute que « terre protégée » peut renvoyer à la même idée, la même angoisse. Appropriation de la pluie durant une heure sur un mètre carré de terre, même idée.

 

Stratégie de l’artiste martyre. Croyance naïve de son pouvoir ? ou bien la posture christique est-elle construite ?

Période écologique début années 1970 (1968 : pierres déplacées, dans la nature) : elle commence toutefois très vite des performances avec des instruments de torture des martyrs chrétiens.

3e projet du silence, Gina Pane : 1970, envoi postal

Appropriation pluie Pane // Yves Klein Cosmogonie de la pluie, COS 36, 1961 – Vent Paris Nice, voyage avec toile accrochée sur toit de la voiture.

Vide et silence chez Klein réemployés chez Pane (matériau organique et conceptuel)

 Deuxième projet de silence Pane : écrasée par la masse de la pierre, du paysage : contraste significatif avec le Saut dans le vide de Klein, 1960, légèreté de l’artiste, action truquée (alors que celle de G. Pane n’est pas truquée et est dangereuse : elle témoigne de son risque constant d’ensevelissement).

Pierres déplacées, Piémont, juillet 68, Vallée de l’Orco, alors que c’était dans l’Eure ! Comme Yves Klein, souvenir truqué.

Récit « au cours d’une promenade dans la vallée de l’Orco (Italie) au pied des montagnes, la vue d’un amas de pierre de petite taille allant de 0.15 à …. »

Récit sous la série de photographies + signature + date

Action « in vivo » et non in situ.

Repositionnement dans l’histoire en changeant les dates et plutôt pour se placer en avance : premier projet du silence 1969 ce qui corrige la vraie date de 1970 = elle change la chronologie, dépasse l’histoire, inscrit dans son temps et dans l’histoire : façon dont dès 1968, engagée dans la construction d’un mythe héroïque de l’artiste, elle procède à un récit des origines avec la caution photographique : contrôle de la nature, de la destination et réception des œuvres + cohérence de l’ensemble.

Elle puise chez Y Klein les modèles structurels de ses stratégies alors que cet artiste est l’archétype du machisme.

Aucune référence aux artistes femmes chez Pane : elle s’identifie aux hommes

Gina Pane, sorte de négatif, d’image inversée de Klein.

Les modèles qu’elle se donne d’après ses textes : Fra Angelico, Van Gogh, Yves Klein, Vitto Acconci et Journiac. Genre et sexualité ont été constitutives de leur identité artistique : sur-jeu du genre, amplification du masculin. Même le frère dominicain du Quattrocento ? Fra Angelico : « sensualité évidente de son œuvre » selon GP.

Amelia Jones, Performing the subject, désublimation du masculin, masculinité équivoque. « Héroïsation paradoxale », surjeu du genre, sa reproduction avec les normes = une subversion.

 

Conférence de Johanne Lamoureux du 27 septembre 2013

Voici l’enregistrement, réalisé à la MSH par Cannalingam Birabakaran et découpé par Bertrand Turquety, de la conférence du 27 septembre de Johanne Lamoureux, professeure à l’université de Montréal. Elle est précédée, en première partie, de la présentation du séminaire par Anne Larue, Charlotte Foucher Zarmanian et Magali Nachtergael, Julie Verlaine, en congé de maternité, n’ayant pu être présente.

Première partie : présentation du séminaire et de ses enjeux

1. Présentation Anne Larue

2. Suite Anne Larue prez

3. Actualité. Ch. Foucher

4. Présentation de Magali Nachtergael

5. Discussion préalable 1

6. Discussion préalable 2

7. Discussion préalable 3

Charlotte Foucher Zarmanian présente ensuite Johanne Lamoureux qui prend la parole. Elle parle des difficultés qu’on rencontrées les féministes à faire entrer les femmes dans les « surveys », ces manuels pour étudiants qui ont longtemps servi de base aux cours d’histoire de l’art, fortement intégrés aux cursus universitaires dans les pays anglo-saxons. Elle évoque le début du Sourire de Mona Lisa, quand les étudiantes connaissent par coeur le survey book et qu’il faut donc passer à autre chose. A travers le boycott de Janson, l’histoire des éditions des survey books et leur réception, c’est l’histoire d’une bataille féministe efficace qui est ici retracée.Dans la seconde partie de sa conférence, Johanne Lamoureux retrace, à travers un certain nombre de tableaux, une histoire de la peinture féminine. Je vais rechercher les tableaux et en placer ici des images, afin de faciliter l’écoute.

untitled

La conférence dure au total environ une heure trente. Elle est divisée ici en 11 morceaux courts : cliquez pour écouter.

 

PS. Merci à Charlotte Foucher Zarmanian pour sa relecture et ses ajouts !

1.  Janson et les féministes

2. Boycott de manuels

3. UNE histoire des arts

4. Agency. Judy Chicago

5. La sexualité du Christ

6. Manuels féminins patriarcaux

7. La septième édition de Janson

8. Le lien homosocial entre les femmes

9. Maternité..

10. Une coupe au couteau de cuisine

11. Le couplage des contemporaines

 

Quelques documents que je vais compléter plus tard : Johanne Lamoureux parle de ces tableaux, qui ont été « repêchés », en quelque sorte, dans la 7e édition, faite « à parité » du point de vue des collaboratrices/teurs, de l’histoire de l’art de la « marque » Janson.

 

Lavinia Fontana, 1580, Portrait d’une dame. Le petit chien est un chiot phalène. Son rôle est probablement symbolique (lien matrimonial ?) mais il est très précisément reproduit : son poil de bébé a été remplacé par une fourrure encore maigre. Son stop (rapport nez/front) très marqué. L’animal pourrait avoir entre 4 et 6 mois. On peut noter le contraste entre la robe de cour de la dame, véritable carcan, et la liberté de mouvement tout entière concentrée dans le mouvement du jeune chien.

 

5 Lavinia Fontana (1552-1614)  Portrait of a Noblewoman 525px-Self-portrait_by_Judith_Leyster

Judith Leyster, vers 1630, autoportrait.

 

Capture d’écran 2013-09-29 à 15.14.12

Les trésors en question sont les Gracques : trésors de la maternité. Angelica Kauffmann était « peintre d’histoire » et était une des rares femmes à avoir eu l’autorisation de passer par une académie de peinture.

 

hoch1 - knife

 

Hanna Höch, Cut with the Kitchen Knife, 1919. On trouvera sur le carnet de recherche alka.hypoytheses.org toute une documentation sur « femmes et cuisine » en rapport avec l’art.

Self-portrait_as_the_Allegory_of_Painting_by_Artemisia_Gentileschi v. 1638-1639
Self-portrait_as_the_Allegory_of_Painting_by_Artemisia_Gentileschi v. 1638-1639
Paula Becker, autoportrait au collier, 1906.
Paula Becker, autoportrait au collier, 1906.

 

Programme du séminaire – 1er semestre 2013

Pour une histoire de l’art d’un nouveau genre : approches critiques et pédagogiques

Séances de Séminaire GIS institut du Genre – master Slatel Paris 13 – master Histoire des Sociétés occidentales contemporaines Paris 1, Laboratoire InTru Tours

Organisation :
Charlotte Foucher Zarmanian, Anne Larue, Magali Nachtergael et Julie Verlaine org.

Lieu et horaires :
Vendredi de 9h30 à 12h30
MSH Paris nord
salle A

4 rue de la croix Faron
Saint-Denis La Plaine
M° Front Populaire ou RER B Stade de France

Programme du premier semestre 2013-2014

Séance de présentation | vendredi 27 septembre

Anne Larue, Charlotte Foucher Zarmanian, Magali Nachtergael, Julie Verlaine

avec keynote speaker Johanne Lamoureux, professeure à l’université de Montréal (Canada) :  la situation anglo-saxonne du début des années 80 et la bataille des féministes pour faire entrer des femmes artistes dans les survey books.

Genre, performance et mythes artistiques | vendredi 4 octobre

Janig Bégoc, Université de Strasbourg : Entre déni, stratégie et mythe. Retours sur la posture contradictoire de Gina Pane face à la « pensée féministe » autour de Gina Pane

Anne Creissels, Université Lille 3 : Le Masque de la création. Réflexions autour du Masque crayons de Rebecca Horn (1972)

Genre, performance et champ postcolonial | vendredi 11 octobre

Elvan Zabunyan, Université de Rennes 2 : art afro-américain et genre

Aliocha imhoff et Kantuta Quiros, Le peuple qui manque (commissaires d’expositions) : Fais un effort pour te souvenir. Ou, à défaut, invente (une histoire de l’art transgenre)

Queer et intersectionalité | vendredi 18 octobre

Marie-Hélène Bourcier, Université de Lille 3 : art et culture queer

Rachele Borgi, Université Paris 4 : la géographie sexuelle de l’art

Cristina Castellano, chercheure associée à l’université de Guadalajara (Mexique) : études culturelles : musées de femmes/musées du sexe

Les théories féministes sur l’art : un état des lieux | vendredi 25 octobre

Fabienne Dumont, Ecole supérieure d’art de Quimper

Séverine Sofio, Chargée de recherche au CNRS, Cresppa-CSU

Réflexions sur la pédagogie et le genre en histoire de l’art | vendredi 15 novembre

Irène Jami, enseignante d’histoire-géographie et de l’option histoire des arts au Lycée Janson de Sailly, co-éditrice de l’ouvrage La Place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte (Paris, Belin, 2010)

Olivier Bonfait, professeur à l’université de bourgogne à Dijon, président de l’APAHAU (association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art des universités)

Médiations : critiques, galeries | vendredi 29 novembre

Chéryl Gréciet, Frac Lorraine : Expositions féministes

Elisabeth Caillet, experte en médiation culturelle : Accompagner les publics. L’exposition Naissances

Formats et supports d’une histoire de l’art renouvelée : de la synthèse au dictionnaire | vendredi 13 décembre

Catherine Gonnard et Elisabeth Lebovici, auteures de Femmes artistes, artistes femmes (2007)

Marie-Laure Bernadac, conservateur au Louvre, et coordinatrice pour les arts plastiques du Dictionnaire des créatrices, à paraître aux éditions des femmes

AfficheV3

Version pdf téléchargeable ici

Bibliographie indicative sur l’histoire de l’art et les femmes

Armstrong Carol, Zegher Catherine de dir., 2007. Women artists at the Millenium, Cambridge, Mass., MIT Press.

Ashburn Elizabeth, 1996. Lesbian Art: An Encounter with Power, Craftsman House, Roseville East, New South Wales.

Borzello Frances, 1998. Femmes au miroir, une histoire de l’autoportrait au féminin, Éditions Thames&Hudson, Paris.

Broude Norma et Garrard, 2005. Mary D., Reclaiming Female Agency: Feminist Art History After Postmodernism, University of California Press, Berkeley and Los Angeles.

Butler Cornelia, sous la dir. 2007. WACK ! Art and the feminist revolution, Boston, MIT Press.

Cahiers du genre, n°43, « Genre, féminisme et valeur de l’art », 2007.

Cat. expo. Art et féminisme textes de Rose Marie Arbour, Suzanne Lamy, Diane Guay, Suzanne Foisy, Johanne Lamoureux, Thérèse Saint-Gelais, Nicole Dubreuil-Blondin et Aline Dallier, Musée d’art contemporain, Montréal, 11mars-2 mai 1982.

Cat. expo. elles@pompidou textes de Catherine Gonnard, Élisabeth Lebovici, Fabienne Dumont, Éric Fassin, Avital Ronell, Elvan Zabunyan, Nelly Oudshoorn, Ann Rudinow Seatan, Merete Lie, Catherine de Smet, Griselda Pollock, Juan Vicente Aliaga, Rosi Braidotti, Centre Pompidou, 2009.

Cat. expo. Vraiment féminisme et art textes de Laura Cottingham, Françoise Collin et Armelle Leturcq, préface d’Yves Aupetitallot, Magasin, Centre national d’art contemporain de Grenoble, 5 avril-24 mai 1997, Magasin, Grenoble, 1997.

Collins, Lisa Gail, 2002. « Economies of the Flesh: Representing the Black Female Body in Art » dans The Art of History : African American Women Artists Engage the Past, Rutgers University Press, New Brunswick, New Jersey et Londres.

Cottingham Laura, 2000. Combien de « sales » féministes faut-il pour changer une ampoule ? Antiféminisme et art contemporain, Tahin Party, Lyon.

Cottingham Laura, 2000. « L.A. Womyn : The Feminist Art Movement in Southern California, 1970-1979 » dans Seeing Through the Seventies : Essays on Feminism and Art, G+B International, Amsterdam.

Creissels Anne, 2009. Prêter son corps au mythe : le féminin et l’art contemporain, Éditions du Félin.

Dallier (Aline), 1982. « Du féminisme dans l’art en France », in cat. expo. Art et féminisme, Musée d’art contemporain, Montréal, 11 mars-2 mai 1982, p. 167-177.

Dumont Fabienne et Standzman, Marie, 2000. « Art et féminisme en France et aux Etats-Unis » in : Lunes, hors-série n° 2 « Femmes et art au XXe siècle », nov. 2000, pp. 98-109.

Dumont Fabienne, « Histoire des théories féministes, de genre et queer en art et histoire de l’art », in : Perspective. La revue de l’INHA, n°4-2007, pp. 611-624.

Dumont Fabienne, « Los Angeles – Années 1970 : une expérience unique du féminisme en art », in : Art Présence, n°59, juillet-sept. 2006, pp. 32-39.

Dumont Fabienne, 2003. « Le mouvement des femmes en art », in : Artension, n°9, janv.-fév. 2003, pp. 6-7.

Dumont Fabienne, 2005. « Art, femmes et féminisme dans les années 1970 en France », site canadien Sisyphe, avril 2005 : http://sisyphe.org/article.php3?id_article=1696
.

Dumont Fabienne, 2011. La Rébellion du Deuxième sexe. L’histoire de l’art au crible des théories féministes anglo-américaines, Dijon, Oeuvres en société – Anthologies, Presses du réel.

Dumont Fabienne, Sofio Séverine, 2007 : « Esquisse d’une épistémologie de la théorisation féministe en art », Les Cahiers du Genre, n°43 « Genre, féminisme et valeur de l’art » pp. 17-43.

Ferrer Mathilde, Michaud Yves dir., 1997, Féminisme, art et histoire de l’art, Énsb-a, Paris.

Fidecaro Agnese et Lachat Stéphanie dir., Profession : créatrice. La place des femmes dans le champ artistique, Sociétés et représentations, « (En)quêtes de Genre », n° 24, novembre 2007, pp. 317-318.

Garrard Mary D., 1989. Artemisia Gentileschi: the Image of the Female Hero in Italian Baroque Art, Princeton University Press, Princeton.

Gonnard Catherine, Lebovici Élisabeth, 2007. Femmes artistes/artistes femmes, Paris.

Guerrilla Girls, 1998. Bedside companion to the history of western art, Harlow U. K., Penguin Books.

Guerrilla Girls, 2003. Bitches, bimbos and ballbreakers. The Guerrilla Girls’ illustrated guide to female stereotypes, Harlow U. K.,  Penguin Books.

Guichard Charlotte, 2011.  « La mesure du nom ? La signature du peintre au XVIIIe siècle », in L’art et la mesure : Histoire de l’art et approches quantitatives, sources, outils, méthodes, dir. Béatrice Joyeux-Prunel, Archives de l’ENS.

Halberstam Judith, 2005. « Technotopias: Representing Transgender Bodies in Contemporary Art » dans In a Queer Time and Place – Trangender Bodies, Subcultural Lives, New York University Press, New York et Londres.

Hammond Harmony, 1994. « A Space of Infinite and Pleasurable Possibilities – Lesbian Self-Representation dans Visual Art » dans Arlene Raven, Cassandra L. Langer, Joanna Frueh, New Feminist Criticism : Art-Identity- Action, IconEditions / HarperCollins, New York, pp. 97-131.

Histoire de l’art, n° 63, « Femmes à l’œuvre », octobre 2008.

Jones Amelia, 1996. « The sexual politics of The Dinner Party – A critical context » dans Sexual Politics: Judy Chicago’s Dinner Party in Feminist Art History, University of California Press, Berkeley.

Lippard Lucy R., 1980. « Issue and Taboo » dans Issue: Social Strategies by Women Artists, ICA, Londres.

Lippard Lucy R., 1984. « Sweeping Exchanges: The Contribution of Feminism to the Art of the 1970s’ » dans Get the Message ? A Decade Of Art For Social Change, E.P.Dutton, New York.

Lippard Lucy R., 1995. The pink glass swan, selected essays on feminist art, The New Press, New York.

Lippard, Lucy R., 1976. « Changing Since Changing » dans From The Center: Feminist Essays on Women’s Art, Dutton and Co, New York.

Nochlin Linda et sutherland harris Ann, 1981. Femmes peintres 1550-1950, Editions Des Femmes, Paris ( Random House, Los Angeles County Museum of Art and New York, 1976).

Nochlin Linda, « The Image of the Working Woman », Representing women, Thames and Hudson, New York, 1999.

Nochlin Linda, 1970, « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? in Femmes, art et pouvoir, trad. de l’anglais US par Oristelle Bonis,  Nîmes, Jacqueline Chambon, 1993.

Nochlin Linda, 1990. Representing Women, Thames&Hudson, Londres.

Nochlin Linda, Reilly Maura dir., 2007. Global Feminism. New directions in contemporary art, New York, Merrell.

Owens Craig, 1992. « The Discourse of Others. Feminists and post-modernism », in Beyond Recognition. Representation, Power, and Culture, University of California Press, Berkeley, Los Angeles.

Parker Rozsika, Pollock Griselda dir., 1987. Framing Feminism : Art and the Women’s Movement, 1970–1985, London, Pandora Press.

Parker Rozsika, Pollock Griselda, 1981, Old Mistresses : Women, Art and Ideology, Pandora Press, Londres.

Perspective, n° 4, « Genre et histoire de l’art », la revue de l’INHA, 2007.

Phelan Peggy, Reckitt Helena, 2001. Art and Feminism, Phaidon.

Pollock Griselda et Parker, Rozsika, Critical stereotypes: The Essential Feminine or How Essential is Femininity dans Old Mistresses: Women, Art and Ideology, Routledge, New York, 1981.

Pollock Griselda, 1988. Vision and Difference : Femininity, Feminism and Histories of Arts, Routledge, Londres, New York.

Pollock Griselda, 1997. « Histoire et politique : l’histoire de l’art peut-elle survivre au féminisme ? », in Féminisme, art et histoire de l’art dir. Mathilde Ferrer, Yves Michaud, Énsb-a, Paris.

Pollock Griselda, 1999. Differencing the Canon, Feminist Desire and the Writing of Art’s Histories, Routledge, Londres, New York.

Raven Arlene, Langer Cassandra L. et Frueh Joanna, 1994. New Feminist Art Criticism : Art, Identity, Action, Icon, New York.

Roth Moira, « Teaching Modern Art History From a Feminist Perspective: Challenging Conventions, my Own and Others » 1987 dans Hilary Robinson dir., Feminism-Art-Theor: An Anthology 1968-2000, Blackwell Publishers, Oxford, 2001.

Rhee Jieun, From Goddess to Cyborg : Mariko Mori and Lee Bull dans n.paradoxa – international feminist art journal, vol 14, 2004, Dreams of the Future, pp. 5-12.

Rosen Randy et Brawer Catherine C. dir., Making Their Mark: Women Artists Move into the Mainstream, 1970-1985, Abbeville Press Publishers, New York, 1989.

Shuemann Bettina, 2009. 13 Women Artists Children Should Know, U.K., Prestel Publishing, et toute la collection Children would know.

Smith Cherry, Damn Fine Art by New Lesbian Artists, Cassell, Londres et New York, 1996. solomon-godeau, Abigail, Male Trouble : A Crisis in Representation, Thames and Hudson, Londres, 1997.

Sofio Séverine, 2007 : « Des discours aux pratiques, comment approcher la réalité des rapports de sexe ? Genre et professions artistiques au XIXe siècle », Sociétés et représentations, « Enquêtes de Genre », n°24, novembre 2007, pp. 177-193.

Sofio Séverine, 2007 : « La vocation comme subversion : artistes femmes et anti-académisme dans la France révolutionnaire », Actes de la recherche en sciences sociales, n°168 « Vocations artistiques », pp. 34-49.

Sofio Séverine, 2008 : « Histoire de l’art et études genre en France : un rendez-vous manqué ? », in Kornelia Imesch, Jennifer John, Daniela Mondini, Sigrid Schade, Nicole Schweizer, eds. Inscriptions/Transgressions. Kunstgeschichte und Gender Studies, Peter Lang Verlag, Bern, pp. 149-162.

Sofio Séverine, Yavuz Perin-Emel et Molinier Pascale, 2007 : « Les arts au prisme du genre : la valeur en question », Les Cahiers du Genre, n°43 « Genre, Féminisme et Valeur de l’Art », pp. 5-16.

Suleiman Susan Rubin, 1992. Subversive Intent. Gender, Politics and the Avant-Garde, Harvard University Press.

Tate Art in a Box, série de fiches d’atelier de médiation jeunesse paritaires, publiées par la Tate Gallery à Londres.

Vergine Lea, 1980. L’autre moitié de l’avant-garde 1910-1940, Des Femmes, Paris, 1982 Milan.

Wack ! Art and the Feminist Revolution Cornelia H. Butler et Lisa Gabrielle Mark, dir., The Museum of Contemporary Art, Los Angeles, The MIT Press, Cambridge et Londres, 2007.

Zegher Catherine de dir., 1996. Inside the Visible. An Elliptical Traverse of 20th Century Art in, of, and from the Feminine, The MIT Press, Cambridge, Massachussetts, Londres.

Zimmermann Anja ed., 2006. Kunstgeschichte und Gender. Eine Einführung, Dietrich Reimer Verlag, Berlin, 350 S., 15 Abb.

 

Ajouts

 

Muzzarelli Federica, 2009. Femmes photographes : émancipation et performance, 1850-1940, traduit de l’italien par Chantal Moiroud et réécrit par Françoise Avril, Paris, Hazan.

Kurt et Gladys Lang, 1990, Etched in Memory: The Building and Survival of Artistic Reputation, University of Illinois Press.

Aux étudiant.es de master recherche M1 et M2 de Paris 13

Bienvenue sur la plateforme du séminaire Art contemporain, genre et fiction de l’université Paris 13 ! Il est ouvert à tout.es et vous permet d’aborder une candidature au MTI dans d’excellentes conditions. Il permet aussi d’approfondir un travail de recherche portant sur les rapports de l’art contemporain, du genre (gender) et de la fiction.

MTI : mtiparis13.wordpress.com

Il fait partie de vos séminaires du 2e semestre mais aura lieu en réalité au premier. Il commencera le vendredi 27 septembre à 9 h 30, à la MSH Paris Nord. Il aura lieu certains vendredis sous forme de séances de trois heures, jusqu’à 12 h 30.

Pour venir à la MSH : parisnord.fr/fr/la-msh-paris-nord/contacts/acceder-a-la-msh-pn.html

Puis montez un étage, traversez le patio et dirigez-vous tout droit vers les locaux du GIS genre.

Voici le site du GIS genre : http://www.mshparisnord.fr/gis-institut-genre/

Notre séminaire est financé par le GIS genre, qui s’intéresse aux discriminations de genre et aux moyens d’y remédier, dans tous domaines. Notre domaine est l’histoire de la culture, confinée dans d’étouffants canons patriarcaux.

Dans le cadre du séminaire  général « Pour une histoire de l’art d’un nouveau genre : approches critiques et pédagogiques » une ou deux séances spéciales vous seront dédiées. Vous êtes tenu.es d’assister néanmoins à toutes les séances du séminaire. Une note de présence vous sera, entre autres notes, attribuée.

Pour les détails pédagogiques reportez-vous à la brochure des masters éditée par Arnaud Limmois (bureau des masters) début septembre.

Pour le contenu du séminaire, à l’affiche en ligne sur ce site.

Vous trouverez également ici, début septembre, une bibliographie indicative. N’hésitez pas à vous abonner au « flux » de ce site (en appuyant sur la touche « lecteur », en haut à droite de la fenêtre de navigation Google). Vous recevrez dès lors les informations au fil de leur parution, ce qui est bien pratique, vous en conviendrez.

Un tutorial au cas où : http://www.01net.com/editorial/336518/sabonner-a-des-flux-rss/

En vous souhaitant un bon travail,

Anne Larue et Magali Nachtergael